Depuis 2000, de nombreux travaux scientifiques s’intéressent à ce qui se passe dans le cerveau lors de la méditation. Une imagerie de plus en plus pointue a permis des recherches plus approfondies surtout sur le plan anatomique. Mais pourquoi la science s’intéresse-t’elle à la méditation ? Et comment méditant et scientifiques peuvent-ils s’entendre ? Je suis allée écouter Matthieu Ricard et Wolf Singer, lors d’une conférence proposée par Les Rencontres Perspectives pour en savoir plus et comprendre.

Rencontre du cerveau d’un moine et d’un neurobiologiste !

Couverture Cerveau & meditation

Présente-t-on encore Matthieu Ricard ? Docteur en génétique cellulaire à l’Institut Pasteur en 1972, il décide de devenir moine bouddhiste. Depuis 1989, il est l’interprète personnel du Dalaï Lama en français. Depuis une douzaine d’années, Matthieu Ricard participe activement à différents programmes de recherches en neurosciences sur les effets de la méditation pour l’Institut Mind and Life (site en anglais). Il a passé des centaines d’heures à méditer sous IRM pour aider les scientifiques a découvrir ce qui se passe dans le cerveau lors de la méditation. Il travaille en ce moment pour une étude pilote « Silver Santé » qui fait ses recherches sur les effets des différents modes de vie sur le vieillissement. Six sujets ont été sélectionnés dont Matthieu Ricard et ses 40 000 heures de méditation (environ !)

Quand à Wolf Singer, c’était une vraie découverte pour moi. Cet éminent neurobiologiste allemand âgé de 73 ans est plein d’entrain, d’humour et de bons mots. Bien loin de l’idée ennuyeuse que l’on peut se faire des scientifiques. Il a l’art d’expliquer les choses les plus complexes avec simplicité. Il est un des neurophysiologistes les plus renommés au monde.

Pendant 8 ans, le moine bouddhiste et le neurobiologiste ont échangé sur différents sujets et ont confronté leurs points de vue. Un livre est né de ces rencontres et conversations. La méditation modifie-t-elle les circuits neuronaux ? Comment se forment les émotions ? Quels sont les différents états modifiés de la conscience ? Qu’est-ce que le « moi » ? Le libre arbitre existe-t-il ? Que peut-on dire de la nature de la conscience ?

Matthieu Ricard apporte son expérience à la 1ère personne, d’un point de vue intérieur alors que Wolf Singer apporte la vue extérieure, à la 3ème personne.

Voir ces deux intelligences, ces deux expériences de vie différentes tenter de convaincre l’autre était un vrai plaisir !

Cerveau, stress, vieillissement et méditation.

On pensait, pendant des années, que le cerveau ralentissait durant la méditation. Or les récentes recherches ont démontré l’accroissement des potentiels électriques du cerveau (entre 40 et 50 Hertz) qui démontrent au contraire qu’il est très actif. Cette fréquence est appelée la fréquence gamma, elle protège le cerveau.  Toutes les zones du cerveau sont alors en cohérence, comme lorsqu’on a la sensation d’Eurêka, j’ai trouvé ! Le cerveau cherche toujours cet état de résolution, de cohérence générale comme dans la sensation d’Eurêka.

Méditation et corrélats neurologiques

© Cerveau&Psycho – n°52 juillet – août 2012

Wolf Singer expliquait que l’évolution a mis « des montres » dans nos corps pour lui dire quand arrêter de réparer cette machine. Pour l’évolution, on mange les réserves des plus jeunes et il faut laisser la place. Lorsque le cerveau vieillit, il y a une atrophie des différents cortex, la place laissée par cette atrophie est alors remplie par le liquide céphalique. De plus, nos chromosomes s’érodent, c’est le vieillissement cellulaire. Les télomères (bouts de nos chromosomes) raccourcissent avec l’âge, le stress et les inflammations. Le Projet Shamatha mené par l’équipe du neuroscientifique américain Clifford Saron, de l’Université de Californie a démontré que la méditation augmente la production de télomérase qui régénère ainsi les télomères qui se rallongent.

J’ai aussi appris que les neurones, contrairement à la croyance populaire se régénéraient. On appelle ça la neurogenèse qui ne peut se faire qu’en dehors des périodes de stress. De nos jours, beaucoup de personnes vivent un stress continu. Le cerveau est utilisé en permanence pour la survie : attaquer ou fuir. Il y a alors une augmentation des molécules dans le cerveau qui empêche cette neurogenèse.

Les méditants ont la capacité de maintenir une attention sur du long terme, chose qui décroit avec l’âge. Or la méditation ralentit ce phénomène, un homme de 60 ans aura le cerveau d’un homme de 40. Et info exclusive, Matthieu Ricard du haut de ses 70 ans a le cerveau d’un homme de 30 ans ! La méditation est une présence éveillée, une conscience du soi mais sans retour sur soi-même. Uniquement une présence attentive. Dans le cerveau, ce qui se passe à l’intérieur et à l’extérieur sont traités par deux systèmes différents. Par exemple, sous hypnose, le système extérieur est déconnecté. Dans un état méditatif, il y a dissolution de la barrière extérieure et intérieure, les deux fonctionnent de concert.

Le mot de la fin ?

Wolf Singer et Matthieu  Ricard, ont beaucoup de terrain d’entente, mais aussi plusieurs points de discorde passionnants. Surtout sur les sujets tels que : le « moi », le libre arbitre, la nature de la conscience… Pour Wolf Singer, le libre arbitre n’est pas si libre qu’on le pense.

Wolf Singer : « La méditation sonne comme un remède pour tout. Et pourtant les défauts existent toujours, ainsi que la haine, la corruption, la guerre… »

Matthieu  Ricard : « Nous avons un potentiel pour tout. Reste à savoir si on est dans l’optimal ou pas. Par exemple, la maladie est naturelle mais la santé est optimale. Au départ, tout est pensée ! Chaque guerre commence par une pensée de haine, chaque corruption par une pensée d’envie. Un des buts de la méditation est de devenir une meilleure personne. Mais il faut entrainer l’esprit. Il ne sert à rien de réprimer les pensées négatives, il faut apprendre à les dissiper et les laisser partir. »

Je voudrais terminer en parlant de neuroplasticité qui est la capacité à changer. Une croyance ancestrale nous dit qu’on ne peut pas changer. On peut apprendre à n’importe quel âge mais pas changer. Et pourtant… En méditant, nous apprenons à meubler différemment notre paysage intérieur. Ainsi nous changeons.

Alors les Bienheureux, prêt pour le changement ?
Pour aller plus loin – vous pouvez lire :

Couverture Cerveau & meditationCerveau & méditation – Dialogue entre le bouddhisme et les neurosciences.

Matthieu Ricard et Wolf Singer.

Allary Editions

Prix : 22,90 €

Achetez sur Amazon.