Au départ, il y a une idée un peu folle  qui fait croire à de nombreux scientifiques et non-scientifiques que l’eau possède des pouvoirs cachés.

L’eau est omniprésente sur notre planète et dans nos corps. Sans elle, pas de vie. C’est d’ailleurs la première chose que nous recherchons dans la conquête spatiale, convaincus que la molécule H20 est primordiale à la présence et au développement de toute vie. L’eau fascine, elle est un élément polymorphe que l’on retrouve dans 3 états très différents : gazeux, liquide et solide. Elle compose 70% du volume de notre corps mais si on parle de nombre de molécules, elle est présente à 99%.

Les cristaux de Masaru Emoto

Dans les années 80/90, un chercheur japonais du nom de Masaru Emoto s’intéresse de près aux pouvoirs de l’eau. Il recueille de l’eau à partir de sources très différentes, la congèle et observe les cristaux de glaces qui se forment progressivement dans le faisceau lumineux du microscope. Ce qu’il constate alors est surprenant.
L’eau du robinet ne forme aucun cristal alors que les autres échantillons d’eau issus de sources naturelles forment des cristaux harmonieux. Pour aller un peu plus loin, il expose l’eau à la musique. Il se servira également d’étiquettes sur lesquels seront notées des mots comme haine, amour, merci.
Les cristaux qui se développent alors sous la lentille du microscope sont magnifiques ou informes.

Regardez ci-dessous :

Les-cristaux-de Masaru-emoto

Vous pourrez trouver de la littérature sur « les messages de l’eau » et une vidéo est disponible sur le net et dans le commerce.

C’est beau mais à quoi ça sert ?
Il semblerait que ça tend à prouver que la musique, les émotions, les mots que l’on dit, nos pensées influencent l’eau.
Comme nous sommes composés d’eau, je vous laisse imaginer le reste. Le Docteur Masaru Emoto se servait de cette eau dynamisée pour soigner des patients.

Là où le bât blesse, c’est que Masaru Emoto n’est pas un scientifique. Il a fait des hautes études culturelles, a reçu un titre de docteur en médecine alternative mais en aucun cas il ne peut se revendiquer scientifique. Par conséquent il n’a jamais publié dans une revue scientifique pour présenter ses travaux et les soumettre à validation auprès de la communauté scientifique, comme le veut le protocole. De plus, il n’a jamais réalisé d’expérience en double aveugle pour éviter les biais cognitifs malgré la prime offert par un magicien américain, James Randi, connu pour traquer les supercheries scientifiques.

Masaru Emoto est mort le 17 octobre 2014 à l’âge de 71 ans.

La mémoire de l’eau

C’est tout d’abord,  le Dr Benvéniste qui enflamma la communauté scientifique avec son hypothèse de « la mémoire de l’eau » dans les années 80.
Le principe : l’eau qui entre en contact avec une molécule en conserverait une empreinte des propriétés alors qu’elle ne s’y trouve plus. L’expérience n’ayant pu être reproduite par des chercheurs anglais, le Dr Benvéniste fut discrédité et forcé de quitter l’INSERM pour continuer ses travaux dans un minuscule laboratoire en préfabriqué. Ses travaux ne seront pas validés par la communauté scientifique.  Il décèdera en 2004, à l’âge de 60 ans.

C’est alors Luc Montagnier, Prix Nobel 2008, découvreur du virus du Sida, qui reprend le flambeau des travaux « sulfureux » de Benvéniste. Inutile d’attendre un financement publique, il poursuit les travaux de « la mémoire de l’eau » avec un soutien privé. Il travaille actuellement pour une université chinoise.

A t’il découvert quelque chose ?
On dirait bien. Cela ressemble à de la science-fiction.

L’expérience en version courte
L’équipe de Montagnier prend un petit bout d’ADN dilué d’un patient atteint du HIV et procède à une dizaine de dilutions successives ce qui signifie que les molécules d’ADN finissent par disparaitre complètement. On enregistre ensuite les ondes électro-magnétiques des solutions avec un micro puis les fichiers sont envoyés par internet à un autre centre de recherche à l’étranger.
L’expérience se poursuit dans un laboratoire de biologie moléculaire italien. Les chercheurs envoient les ondes enregistrés dans l’eau pure qui « écoute » cette musique pendant une heure.
Au final, un bout d’ADN est alors reconstruit et est commun avec l’ADN initial à 98%.

C’est juste incroyable, je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous. Elle vraiment très intéressante.

Malgré la réplication de l’expérience, la communauté scientifique internationale reste sceptique. Il s’agit peut-être d’une vraie découverte qui pourrait révolutionner la médecine, mais le changement de paradigme est tel qu’elle est difficile à accepter. Le reportage explique très bien l’atmosphère de scepticisme qui règne dans la communauté scientifique.
Pourtant les faits sont là. L’expérience réalisée en double aveugle respecte le protocole scientifique. Rien à voir avec les pratiques de Masaru Emoto.
La vraie question est : combien de temps cela prendra-t-il pour que la découverte soit validée et que de nombreux scientifiques s’engagent dans la voie ouverte par le Pr Montagnier ?

Imaginez une médecine qui soigne non plus avec des médicaments mais avec des ondes ?!
Dans le futur, soigner avec des fréquences deviendraient, alors, extrêmement économique. On pourrait imaginer utiliser nos devices (Smartphone, Tablettes) pour se soigner ! Mais alors quid de l’industrie pharmaceutique ? Laissera-t’-elle une telle découverte bouleverser son avenir financier ?

Et au final, nous pourrions peut-être découvrir que Masaru Emoto avait raison ?!