Lundi 12 octobre, nous sommes allées à la conférence de Sadhguru, le maître yogi indien qui figure parmi les 50 personnalités les plus inspirantes d’Inde. Sadhguru est le fondateur de l’Isha Foundation, une organisation humanitaire implantée un peu partout dans le monde et qui compte des milliers de bénévoles. Sa vocation : développer le potentiel humain à travers la pratique du Yoga tout en préservant l’écosystème

En arrivant au Théatre de la Porte Saint Martin, nous avons été frappées par la myriade de volontaires anglophones déployés sur le site pour orienter les visiteurs, les équiper en matériel de traduction.

Une mise en condition musicale

La soirée a rapidement débuté par le concert du groupe de la fondation Isha : Sounds Of Isha.

2 chanteuses faisaient partie de la formation : l’une indienne au crâne brillant dont le visage et la morphologie ne donnaient aucune information quant à son identité sexuelle jusqu’à ce qu’elle se mette à chanter et l’autre libanaise, sublime brune aux yeux bordés de khôl et à la voix profonde.

La formation musicale comptait 5 musiciens qui alternaient les instruments plus ou moins exotiques : Guitare basse, tambours, cithare, flûte, grosse caisse, guitare classique etc…

Certains morceaux m’ont plongée dans un état de kif intense (spéciale dédicace à FloSS) me rappelant que la musique est une puissante thérapeute.

Citation discple maitre

Sadhguru : un sage contemporain

Après Sounds of Isha, nous étions prêtes à accueillir Sadhguru qui a provoqué quelques réactions saugrenues dans l’assemblée.
Sadhguru semble ne pas avoir d’âge, malgré sa barbe blanche. Sa peau est lisse et souple, son regard pétillant nous donne une impression de jeunesse, malgré ses 57 ans, nous dit Wikipédia.  On se dit alors que le yoga doit y être pour quelque chose.

Quoiqu’il en soit son discours est extrêmement sensé et terriblement en résonance avec ce que nous avons l’habitude de traiter ici dans Bienheureusement !

Un maître Mystique mais pas dogmatique

On définit Sadghuru comme un maître yogi, un visionnaire et un mystique.

Un mystique… c’est ce qui m’avait fait tiqué dans le dossier de presse.

En France, nous avons pour habitude de concevoir le mysticisme comme prenant sa source dans une religion ; avec Sadghuru, ma conception du mysticisme en a pris un coup.
Sadhguru est peut être mystique mais il n’est absolument pas dogmatique ou prosélyte. Il ne défend aucune religion, n’en attaque aucune mais souligne les dangers d’une adhésion aveugle à l’une ou l’autre sans aucun questionnement intérieur.

On pourrait presque dire que Sadhguru est agnostique, il avoue ne rien savoir quant à l’existence du paradis, de l’enfer, de dieu ou des pêchés, etc… Pour lui, nous avons toutes les réponses en nous, il « suffit » de se connecter à notre puissance intérieur.

Un mode d’emploi pour notre humanité !

« C’est notre niveau de perception qui détermine notre qualité de vie »

A travers la pratique du Yoga, nous pouvons unir les différentes parties qui composent notre être : énergie, corps, esprit. Sadhguru nous dit que notre plus grand problème provient de notre perception de la réalité. C’est cette perception des évènements extérieurs qui nous fait souffrir.

A ce niveau, pour lui, le stress n’existe pas, puisqu’il est directement généré par notre niveau de perception. On ne peut pas agir sur le stress depuis l’extérieur. Seule une pratique tournée vers notre intériorité le peut. C’est à chacun de faire bouger son niveau de perception en comprenant la manière dont nous fonctionnons, qui est originale et unique pour chacun.

Mais comment comprendre ce fonctionnement ? 
Nous savons d’où vient la pluie ou comment fonctionne un téléphone, nous possédons des savoirs encore plus grands sur la marche du monde et sommes capables d’aller sur la lune et pourtant nous ne possédons pas notre propre mode d’emploi !

Sadhguru nous dit que notre corps n’est qu’une accumulation de matières, notre esprit, une accumulation de pensées, sommes-nous que cela ? La culture du yoga explique que l’esprit, ou plutôt le corps spirituel se compose de 16 parties dont il s’est attardé à nous en expliquer 4 parties importantes : L’intellect, l’identité, la mémoire et l’intelligence pure.

=> L’intellect « Buddhi » est l’intelligence que l’on met souvent en avant dans nos cultures. C’est le Savoir. Nous avons acquis énormément de savoirs à travers les âges. Sadghuru appelle cette forme de l’esprit le Scalpel car avec l’intellect nous disséquons tout mais la dissection est aussi une forme de destruction.

=> L’ego « Ahamkara » est un filtre qui nous aide à interpréter ce que nous disséquons. L’identité (ou égo) est directement liée avec l’intellect, c’est la main du scalpel.

=> La mémoire « Manas » qui vient parfois renforcer l’intellect et l’égo dans la perception de la réalité. La mémoire est partout, dans notre cerveau mais également dans notre corps qui porte tout le savoir des générations qui nous ont précédées.

=> La pure intelligence « Chitta » est la conscience du sens de la vie, un accès à la source de la création ce qui n’a rien à voir avec Dieu. C’est bien plus grand que la conception du divin. J’aurais bien voulu demandé si cette Chitta dont il parlait, pouvait être proche de l’intuition dont Isabelle Fontaine parle dans son livre. Mais cela restera une question en suspend.

Lorsque l’on parvient à ce niveau de conscience, les perceptions changent, la paix et la sérénité peuvent s’installer en vous. On est pas loin des objectifs de la MBSR ou de la sophrologie…

J’ai pu trouvé une vidéo en anglais qui décrit ce qu’il nous a transmis lundi soir. Je vous encourage à la visionner si vous comprenez l’anglais.

En résumé, Sadhguru mérite d’être connu en France. J’avais mes « a priori » de sceptique française au départ mais il faut bien l’avouer, la pensée et le discours de cette homme sont particulièrement clairvoyants. Son humour et sa manière de raconter les choses rendent sa philosophie très accessible.

Ce qui m’a ensuite surpris c’est l’émotion et la dévotion de l’assemblée. Beaucoup de larmes dans l’audience.
Il faut dire qu’après son discours, il a guidé une méditation chantée particulièrement puissante d’un point de vue énergétique. Pour ma part j’ai été reboostée !

Vivement son retour en France !