Il y a 1Oliver-Sacks l'homme qui prenait sa femme pour un chapeau5 ans, sur un transat de Tunisie, je faisais connaissance avec le monde d’Oliver Sacks à travers son livre : « L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau ».

Je découvrais alors des mots qui m’étaient totalement inconnus comme la proprioception, ce sens caché qui nous permet de nous servir de notre corps ou encore la prosopagnosie, une déficience du cerveau qui empêche une personne de reconnaître les visages de son entourage.

Oliver Sacks, médecin, neurologue et écrivain a éveillé chez moi une vraie curiosité pour le cerveau et ses capacités ; et bien qu’il fût critiqué par ses pairs pour ses succès littéraires, je pense qu’il a permis au grand public de mettre un pied dans le monde de la psychiatrie, un monde qu’on ne voit jamais et dont on ne parle pas.

Il nous a quitté le 30 août 2015 et pour cela, j’avais envie de lui rendre un petit hommage à travers ce « Cite et Médite »

Chacun d’entre nous est une biographie, une histoire, un récit singulier, qui s’élabore en permanence, de manière inconsciente, par, à travers et en nous – à travers nos perceptions, nos sentiments, nos pensées, nos actions ; et également par nos récits, nos discours. Biologiquement, physiologiquement, nous ne sommes pas tellement différents les uns des autres ; historiquement, en tant que récit – chacun d’entre nous est unique