La question fait débat. L’éducation nationale, les parents, le milieu de la petite enfance, les psychologues, tout le monde s’interroge. Avancer l’âge de la scolarisation de l’enfant va t’il véritablement lutter contre l’échec scolaire ?
Je vous propose de regarder deux conférences qui vous apporteront peut être des éléments de réponses. Des interventions issues du programme des Journées de l’Innovation du 27 et 28 mars dernier.

La première intervention est celle de M. Gentaz, Professeur de psychologie à l’université de Genève. Il parle des compétences du bébé de son développement et des formes performantes d’apprentissage qui utilisent la stimulation multi-sensorielle pour ancrer la lecture par exemple. (Méthode Montessori)
Ensuite M. Golse, Psychiatre et psychanalyste, professeur de médecine à l’hôpital Necker nous parle de prudence et rappelle que les premières acquisitions fondamentales du tout petit ne sont pas cognitifs et doivent être ancrés avant l’entrée de l’enfant à l’école.

Il faut regarder ces conférences ici.

Mon point de vue de parent : Intégrer mon fils de 2 ans à l’école aurait été encore un peu tôt par rapport à son développement et à sa maturité. Il ne parle pas encore à la première personne, a besoin de beaucoup de câlins et porte encore des couches. Nous verrons à 3 ans ou il en sera.