Le Guide avancé du Sketchnote est le dernier livre inspirant de Mike Rohde, infographiste américain et sketchnoteur militant. C’est qu’avant le “guide avancé”, il y a eu le premier tome “Initiation au sketchnote”. La bonne nouvelle, c’est que si vous voulez aller vite ou que vous avez déjà quelques notions sur le sujet, vous pouvez zapper le premier volume et passer au guide avancé, qui présente une synthèse des notions de base dans le premier chapitre.

Sketchnoter pour muscler son cerveau

Le sketchnoting (ou encore scribing ou facilitation graphique), c’est le fait de prendre des notes de manière graphique, et pas simplement textuelle. En pratique, c’est un mélange de dessin très simple, de lettrages et de regroupement de texte. Le premier chapitre du livre, justement, permet de réviser, ou de découvrir, les bases de cette pratique qui prend de l’ampleur dans les services d’innovation et dans les groupes projets fonctionnant avec les méthodes agiles.

Prendre des notes graphiques connecte le verbal et le visuel, et stimule donc plus de zones du cerveau que lorsqu’on se contente d’établir une liste textuelle. Cela permet également de relier les éléments sémantiques de manière différente, et donc d’imaginer des chemins nouveaux, de penser des solutions qui ne se seraient peut-être pas présentées de la même manière dans le texte ou l’abstraction de la pensée. Autre avantage, le sketchote mobilise de nombreuses capacités : écoute active lors de la prise de note, stimulation de la mémoire visuelle et kinesthésique, coordination main-oeil, etc. Enfin, il nous met à distance de l’ordinateur et de son formatage de la pensée induit par les logiciels de bureautique que nous utilisons au quotidien.

 

Sketchnoter n’est pas (tout à fait) dessiner

Côté réalisation, l’auteur insiste sur le fait que savoir dessiner n’est pas indispensable. Il rappelle qu’on peut dessiner, ou schématiser, de nombreux éléments abstraits ou concrets à l’aide des formes géométriques de base que sont le cercle, triangle, trait, etc.
Dans les faits, tout est une question d’entraînement et d’apprentissage, notamment pour acquérir rapidité et lisibilité. De trucs et astuces aussi, qui sont détaillés à la fin du livre. A force, chacun acquiert un style qui lui est propre, ce qui est bien illustré dans le livre de Mike Rohde, qui présente les travaux d’autres sketchnoteurs invités. On trouve une myriade de styles, du schéma informatique au carnet de voyage élaboré. Avec l’idée que le sketchnote vit aussi parce qu’il est partagé et recyclé.

Des usages variés

La partie la plus fournie du livre concerne les applications de ces techniques. Ainsi le sketchnote peut être un atout dans le monde professionnel pour retranscrire une réunion, communiquer sur une conférence ou lors d’une séance de créativité. L’auteur détaille sa méthode pour générer et cartographier des idées, planifier des tâches ou encore documenter un processus. Mais il ajoute également des applications moins professionnelles comme les carnets de voyage, le reportage culinaire ou la prise de note culturelle, sur un livre ou un film. L’intérêt de cette partie est finalement de montrer que tous les sujets sont bons pour s’entraîner, et qu’il ne faut pas attendre les conditions idéales pour se lancer.

Le guide du Sketchnote
Le guide avancé du Sketchnote

Techniques et pratique de la PRISE de NOTES visuelles
Mike Rohde
Aux Editions Eyrolles

Tarif : 25 €

Acheter sur Amazon