J’aime bien aller de temps en temps chez mon papetier pour y découvrir les nouveautés de la presse magazine. Une habitude héritée de mon lointain passé d’attachée de presse :-)
A cette époque reculée, j’achetais tous les magazines pour surveiller la presse et réaliser les books de mes clients à coups de cutter et bombe de colle. Pfiou, j’ai l’impression de faire une régression dans une vie antérieure, tellement ça me parait lointain !

Bref, ne perdons pas de vue le sujet de cet article, j’ai donc découvert un nouveau magazine trimestriel dont le sujet m’intéresse tout particulièrement puisqu’il parle d’une pratique que je connais bien : La sophrologie.

Je trouve intéressant que cette technique ait son propre magazine, ça démontre une envie de communiquer de la part des sophrologues, une démarche courageuse et nécessaire pour démystifier cette discipline.

D’où sort ce magazine ?
Le magazine baptisé « SOPHROLOGIE pratiques & perspectives » appartient au groupe Hommell, à qui l’on doit Télé Cable Sat’, Speedster, VTT mag, Auto Hebdo, ou American Muscle Cars, pour ne citer qu’eux. Plutôt axé bagnoles, sport mécanique et histoire de France, Sophrologie dénote clairement dans cette famille de magazines !

En regardant l’ours du magazine (Rien à voir l’animal, mais c’est le petit encart qui présente l’équipe du magazine, son adresse…), j’apprend que les membres du comité éditorial sont d’éminents sophrologues dont M. Patrick-André Chéné qui a écrit plein de bouquins de référence sur la question. C’est un peu le number 1 de la sophrologie en France.
Ca rigole pas des genoux, c’est du sérieux.
J’ai quand même remarqué que le rédacteur en chef était le même que les magazines Napoléon 1er et Paris, de Lutèce à nos jours. Magazines qui appartiennent également au groupe Hommel. But Why ?

Le contenu
Il est de qualité ce contenu ! Comme si j’en doutais, me dites vous ? A vrai dire, j’ai commencé à lire le canard avant de regarder l’ours. Puis lorsque j’ai vu qu’il y avait une interview de Caycedo (celui qui a inventé la technique) je me suis dit, c’est du lourd !
Par contre, pour le lecteur qui n’y connait rien, je ne suis pas sûre que les contenus soient si faciles d’accès. Selon moi, il s’adresse plutôt aux sophrologues et clients qui pratiquent déjà.
Gros avantage qui m’a sauté à la figure, le magazine ne contient presque pas de pubs ! (2 pages sur 66 hors 2ème et 3ème de couv’)

La périodicité
Il s’agit d’un trimestriel. et vu que c’est le numéro 1, je n’ai pas réussi à savoir quel était son OJD (Diffusion totale payée).

Avenir ?
Est ce que je vais continuer à l’acheter ? Peut être, ça peut être intéressant de voir l’évolution du magazine. Voir s’il reste strictement caycédien ou s’il a une ouverture vers d’autres approches non caycédiennes qui sont également intéressantes. Et oui, lecteur de mon blog, sache qu’il y a un gap dans la sophrologie. Tu as d’un côté les Caycédiens, les sophrologues reconnus par Caycedo lui-même et les non-Caycédiens qui ont été rejetés, non avalisé par Caycedo parce qu’ils exercent une sophrologie plus libérale ou créative. A voir si l’ouverture est possible…
Le Prix : 5,90 €

Sophrologie Magazine