Avec toutes les disciplines « douces » que l’on peut pratiquer dans les studios de yoga et Pilates vous vous êtes déjà certainement vu proposer un cours de Yin yoga. Et peut être que vous l’avez refusé en pensant que ça allait être ennuyeux, trop doux, trop lent, trop « je ne sais quel autre préjugé » qu’on peut s’en faire.

Ma réaction a été la même quand j’ai lu la description de la pratique, le premier essai avec une amie n’a pas été super convaincant non plus… Justement ce côté trop relaxant, trop méditatif ou immobile n’était pas (encore) pour moi. Je ne me retrouvais que dans les styles de yoga dynamiques, physiques où l’on se dépense physiquement, où on transpire (évidemment, en plus du côté spirituel). Des yoga bien yang. En fait, je n’étais pas prête. Pas encore assez avancée sur mon chemin. Et quelque temps après, j’y suis revenue, pratiqué cette fois ci avec un réel plaisir et le vrai ressenti des bénéfices. Du coup j’ai même fait une formation de Yin yoga, un vrai voyage initiatique.

Qu’est ce que le Yin yoga et quels sont ses bienfaits ?

Les postures en Yin yoga sont habituellement tenues entre 3 et 5 minutes chacune, suffisamment pour permettre aux muscles de se relâcher grâce à quoi une légère tension corrective est exercée sur les tissus conjonctifs. Ces tissus – fascia, tendons et ligaments – sont présents partout dans le corps et sont essentiels pour le bon fonctionnement des muscles et des organes. La fluidité des mouvements du corps et l’amplitude de ces mouvements dépendent de l’état de ces tissus conjonctifs. Quand ces tissus ne sont pas assez utilisés (les articulations notamment) avec l’âge et le style de vie sédentaire, ils s’assèchent, se contractent ce qui provoque des douleurs et la réduction de mobilité.

Par ailleurs, les postures de Yin yoga améliorent la circulation de l’énergie vitale, Qi, le long des méridiens, ces canaux énergétiques qui sont reliés à des organes vitaux. Le Yin yoga agit spécifiquement sur les 6 méridiens du bas du corps qui passent par les hanches, dont l’influence sur l’organisme entier est prépondérante.

Les postures du Yin yoga sont destinées à, anatomiquement parlant, tracter doucement les tissus conjonctifs autour des articulations, spécialement dans les hanches et dans le bas du dos, alors que les muscles sont relaxés. Ces derniers aiment les mouvements yang, actifs et répétitifs, alors que le tissu conjonctif a besoin de mouvements plus yin, doux et contrôlés, d’une certaine durée. Le tissu conjonctif stimulé de cette façon commence à neutraliser les effets de vieillissement et de gravité.

La majorité des postures en Yin yoga sont assises ou allongées au sol. Les différents accessoires de yoga tels que les blocs, sangles, bolsters, couvertures sont utilisés si nécessaire. Nous possédons tous un corps différent, avec des particularités anatomiques propres à chacun. Ceci explique que les postures ne sont pas « vécues » de la même façon par tout le monde et un support est souvent bienvenu, voire recommandé. Il est essentiel d’approfondir une posture sans lutter contre son propre corps dans la douleur.

Avec le temps, la pratique des postures Yin va augmenter l’amplitude des mouvements dans les articulations, améliorer la production du fluide synovial nécessaire au bon fonctionnement des articulations, aider à agrandir les espaces entre les vertèbres pour une plus grande mobilité de la colonne vertébrale. Le soir la pratique du Yin yoga va naturellement contribuer à relaxer le système nerveux et rendre le sommeil plus profond et plus reposant. Les personnes souffrant du mal de dos vont vraiment trouver un soulagement durable avec le Yin yoga.

Et alors pourquoi ce n’est pas facile ?

En été, nous sommes tous ou presque en vacances… On prend enfin le temps de respirer, de souffler, de ne rien faire. Si on y arrive, bien sûr. C’est pas forcément évident, même en vacances, de se laisser aller, de lâcher prise. Dans notre société où tout va vite, où l’on veut tout, tout de suite et maintenant, la patience est une denrée de plus en plus rare. La patience, le calme, la tranquillité (voire l’immobilité) et la bienveillance envers soi-même c’est quelque chose que l’on pratique trop peu, trop rarement pour être en bonne santé autant physique que mentale.

Qu’est-ce qui fait la différence entre le Yin yoga et le yoga traditionnel ? Un cours de yoga dynamique peut renforcer le corps et augmenter la souplesse au travers des séries de postures où l’on résiste à la gravité. Dans le Yin yoga on travaille avec cette gravité qui nous rapproche de la terre et qui nous aide à développer une sensation de libération et d’abandon dans les tissus plus profonds. Et par conséquent, nous décompressons de nos pensées de la journée.

Le Yin yoga cultive cette qualité en or dans nos corps, la patience, et permet à notre mental éparpillé de s’abandonner à des forces plus subtils autour de nous.

Rester jusqu’à 5 minutes dans une posture immobile qui nous tire dans les hanches, qui nous ramène à ce manque de souplesse, à notre incapacité d’être gracieux comme la voisine du tapis de droite… Ces 5 minutes peuvent nous paraître très longues, interminables même si on n’arrive pas à lâcher toutes ces pensées qui nous envahissent, cette envie d’aller plus loin dans la posture quitte à ce que ce soit douloureux, cette nécessité de réussir malgré ses limitations. C’est dur, c’est pénible, c’est un vrai travail sur soi-même. La bienveillance et l’acceptation de soi-même ne fait pas vraiment partie de nos leitmotivs au quotidien. Ce que l’on entend le plus souvent c’est qu’on doit changer, mincir, rajeunir, devenir endurants, sportifs. La société essaie de nous modeler en permanence. On doit correspondre à des modèles, répondre à des exigences, remplir des cases…

Le Yin yoga nous désapprend tout ceci et nous met face à nous-mêmes. En poésie, en douceur, en torpeur. On cultive la patience et l’acceptation. De soi-même, des autres, de ce qui est autour, de la façon dont les choses se présentent. Il ne s’agit pas de la passivité et de l’inaction, mais de l’acceptation pour une action la mieux appropriée, en pleine compréhension, en pleine conscience.

Un vrai chemin initiatique

Nous, les humains, avons tous cette tendance à amasser, à accumuler des choses autour de nous. Et même quand nous nous en détachons nous avons du mal à nous en séparer. C’est juste une des manifestations de notre incapacité à lâcher prise. Qu’il s’agisse du matériel ou du sentimental.

C’est naturel ce genre de batailles avec notre propre inconscient : des pensées répétitives à propos de nous-mêmes, des schémas de fonctionnement. Nous construisons nos vies sur ces schémas. Cela nous donne de la sécurité, toute notre identité et du pouvoir… du moins nous le pensons. Nous avons peur de lâcher prise parce que sans tout ça…qui suis-je en fait ?

On éprouve une incroyable sensation de libération après un grand nettoyage chez soi… Et puis rapidement de nouvelles choses viennent remplir cet espace libéré… Oui, c’est comme ça, nous avons besoin de nettoyer, de vider pour libérer de la place pour accueillir du nouveau. C’est ce que fait le Yin yoga avec nous. On vide, on nettoie, on libère.

C’est de cette façon que le Yin yoga peut nous aider à apprendre à lâcher prise, dans ce processus d’abandon. Le Yin c’est l’acceptation de l’état authentique, de ce que l’on est, de son corps, sans le forcer à quelque changement que ce soit. C’est la relaxation jusqu’aux os, dans la tranquillité, l’immobilité et surtout dans la bienveillance, dans l’amour. C’est de l’abandon de ce que l’on (re)tient.

Le tissu conjonctif est partout dans notre corps, donc une limitation, un blocage dans une partie affecte toute autre partie, et c’est également dans ce tissu fascia que nos drames passés sont stockés. Les tensions physiques c’est la manifestation des traumatismes émotionnels. Notre biographie avec toutes les peines que nous avons vécues est conservée dans nos tissus, enracinée dans l’histoire de notre corps. Le corps garde ces souvenirs jusqu’à ce que l’on les laisse partir.

Le Yin yoga crée de l’espace pour se défaire des schémas mentaux inhibants. Quand le fascia est relâché, sont relâchés les traumatismes psychologiques qu’il contenait. C’est pour cela que dans certaines postures des émotions pas seulement agréables peuvent surgir, les énergies bloquées étant libérées. Et enfin, libérés de ces schémas de pensées habituels, nous pouvons découvrir l’essence de qui nous sommes réellement. Pas qui nous étions, ni qui nous serons, mais notre authentique, vrai et beau « moi » de maintenant et de toujours. Et à partir de là nous n’avons plus besoin de nous accrocher à nos possessions matérielles, à des relations…

C’est du lâcher prise, mais c’est aussi une prise de conscience et effectivement ce n’est pas toujours simple d’y faire face. C’est pour cela que mes premières expériences en Yin yoga ne se sont pas avérées concluantes, c’est à cela que je n’étais peut être pas prête. A toute cette liberté que cette pratique donne, à tout cet espace en nous-même qu’elle crée. Sans parler de ces bénéfices purement physiques qui sont insoupçonnés au début, mais sont juste incroyables.

Le Yin yoga est par excellence un complément à une pratique plus Yang. Il peut aussi se pratiquer tout seul, il vous maintiendra en bonne santé physique et mentale. Cette pratique est capable de « remodeler » tout votre corps et vous transformer en un être patient et sans douleur, heureux et profondément en paix.

 

 

Pour essayer, venez prendre un cours ! Inscrivez-vous ici *

*lundi 19h30, mardi 14h30, mercredi 18h, vendredi 19h15, samedi 16h15, dimanche 18h