Comme expliqué précédemment dans plusieurs articles, le stress est le mal du siècle et nous concerne tous. Nos vies quotidiennes sont bien remplies, trépidantes et j’ai parfois l’impression que nous sommes sur-connectés au flux d’informations émanant du monde. Pour le meilleur mais surtout pour le pire.
La surcharge d’information peut parfois nous mettre mal à l’aise, nous insupporter, nous mettre en colère et générer du stress. Qui n’a jamais fait l’expérience en ouvrant son réseau social préféré (Facebook ou Twitter) d’être pris en otage par des images qui nous sont imposés par notre entourage et que nous n’aurions jamais voulu voir volontairement ?

La violence, le meurtre, la cruauté font partie de l’homme depuis la nuit des temps mais avec les nouvelles technologies, l’horreur prend une autre dimension, elle est proche, accessible même pour ceux qui ne cherchent pas à la regarder en face.
Récemment, j’ai eu le droit à mon « stress numérique » en tombant sur la vidéo virale sur-partagée de cette nounou qui maltraite un petite fille dans un pays d’Afrique.
Insupportable. D’ailleurs, je n’ai pas regardé cette vidéo dans son intégralité, les commentaires des internautes suffisaient à me faire comprendre son contenu. Malheureusement, le mal était fait pour moi, je sentais déjà les tensions musculaires s’intensifier dans mon corps.

L’objectif de cet article n’est pas de parler de la manière dont nous sommes exposés au stress via internet et les écrans mais plutôt de vous donner des trucs pour ne pas laisser le stress et le mal-être s’installer en vous. Il y a deux types de stratégies complémentaires pour gérer au mieux son stress : physiologique et psychologique. Aujourd’hui, je vais vous parler de l’ensemble de ces petites actions que bon nombre d’entre vous a déjà mis en place et qui permettent de réguler les constantes biologiques.

Gérer le stress en passant par le corps

La réponse au stress est d’abord physiologique. Notre corps va libérer un certain nombre de substances chimiques pour nous permettre d’avoir la réponse physique adaptée. Rappelez-vous, ce mécanisme est archaïque et répondait à des contextes extrêmes alors que nos ancêtres, devant un tigre aux dents de sabre, devaient décider s’ils devaient fuir ou combattre.

Tigre à dents de sabre

Malgré son archaïsme, on peut dire que ce mécanisme a sans doute participé à maintenir l’humanité en vie. Dans nos vies modernes, ce mécanisme est toujours aussi actif alors que dans les situations de stress que nous rencontrons, il ne s’agit plus de fuir ou de combattre mais plutôt de s’adapter. Hélas, notre corps ne fait pas la différence entre un tigre qui nous prend pour son prochain casse-dalle et un embouteillage qui nous empêche d’être à l’heure pour signer le contrat à 50 000 pesetas !
Heureusement pour nous, il est extrêmement rare de croiser un tigre en sortant d’un parking.

Le stress prolongé ou répétitif provoque irrémédiablement une réponse physiologique et la libération répétitive de ces hormones peuvent déséquilibrer le métabolisme et nous desservir en fin de compte créant tout un tas d’effets néfastes.

Bienheureusement ! il est possible d’enrayer ces effets en modifiant notre hygiène de vie.

1. Faire du sport & pratiquer des activités de plaisir

Alors que le système sympathique libère des hormones dans notre corps pour faciliter notre motricité et nos capacités physiques, pourquoi ne pas les utiliser pour courir un peu sur un tapis de course ? Plus simplement, le sport permet d’améliorer notre système cardio-vasculaire et donc de limiter les impacts néfastes  sur ce système, entre autre chose. Merci les endorphines !

Dans le même genre, lorsque l’on pratique une activité « plaisir » comme jardiner, dessiner (des mandalas ?), jouer de la musique, aller chez le coiffeur, classer ses CD de A à Z, collectionner des tee-shirts (chacun son petit plaisir !!) … on réduit l’anxiété et on renforce la confiance en soi.

2. Prendre soin de son sommeil

Moins on dort, plus on est irritable et plus notre perception des situations vécues peut être altérée. Pour nous donner les meilleures chances de résister aux facteurs stressants, tentez de dormir votre compte d’heures afin de ne pas vous réveiller fatigué le matin. Pour cela, dormez dans le noir, sans votre téléphone portable, dans une chambre fraiche avec une bonne literie et ayant fait un repas frugale. Facile non ?

3. S’alimenter convenablement

Une bonne alimentation, c’est la base de tout : « Que l’aliment soit ton seul médicament » disait Hippocrate il y a plus de 2000 ans. S’il voyait ce qu’on mange aujourd’hui !
Une alimentation variée permettra de couvrir vos besoins en vitamines et oligo-éléments. Pour cela il faut savoir constituer un repas qui respecte l’équilibre acido-basique. Fuyez les plats préparés comme la peste. Ils sont trop salés et sucrés. Faîtes la cuisine ! Ca pourrait même devenir une activité de plaisir ! Qui sait ?

4. Réduire la consommation des excitants : Café, tabac…

Si vous êtes sensible au stress, les excitants que sont l’alcool, le café ou le tabac ne vous aideront pas à rétablir les constantes biologiques ou à préserver vos fonctions corporelles. C’est un ennemi de plus pour votre corps qu’il s’efforcera d’éliminer.

5. Pratiquer des exercices de relaxation

Il y a encore des gens qui croient que pratiquer des exercices de relaxation, c’est pour les mauviettes. Si si, je vous assure !
Pourtant la relaxation aide vraiment à réduire les effets néfastes du stress, que ce soit en focalisant notre attention sur notre respiration ou en assistant à une séance de yoga, nous ressentons un bien-être physique à relâcher les tensions du corps. Moins de tensions, c’est plus de souplesse de corps et d’esprit.

Et vous, pratiquez une ou plusieurs de ces stratégies pour gérer votre stress ?
Je parlerais prochainement du plan d’actions psychologiques qui permet de réduire également les effets néfastes du stress.