Cela fait un moment que je fais du yoga, je suis passionnée par l’Inde et tout ce qui y touche… Il y a quelques années j’ai pris des cours de danse indienne, que j’ai assez vite abandonnée car il me manquait la dimension spirituelle. Les mouvements des mains si typiques de la danse indienne me fascinaient mais la professeur ne l’expliquait absolument pas (une danseuse indienne confirmée, donc à priori bien placée pour s’y connaître pourtant !). Je sentais bien que ce n’était pas par hasard que ses doigts prenaient telle ou telle position. La vie a fait, qu’à ce moment là, je n’ai pas cherché plus loin et ce n’est que maintenant en pratiquant le yoga de façon assidue que j’ai ressenti le vrai besoin de connaître la signification de ces gestes, appelés « Mudras », également présents lors de la méditation et dans les asanas.

Un peu d’histoire…

« Mudra » veut dire « sceau », le sceau entre l’humain et le divin par le geste. Une (!) mudra est donc une position des doigts de la main mais aussi un geste, et parfois une posture, liée à des attitudes corporelles et des techniques respiratoires. Elles sont utilisées partout : dans les stages de développement personnel, en yoga et autres pratiques orientales (Shiatsu, Qi-Qong…), dans les arts martiaux asiatiques (Samouraïs), dans les méditations de manière générale. Elles font partie intégrante de l’Hindouisme et du Bouddhisme en Inde, au Japon et au Tibet, mais aussi du Christianisme et d’autres traditions. Le langage des signes ce sont également des mudras (même si on ne les appelle pas comme ça).

Les mudras sont mentionnées dans les Védas (textes sacrés hindouistes) et datent donc d’il y a plus de 3000 ans. A l’origine les mudras étaient reliées seulement aux pratiques spirituelles, des rites chamaniques. Elles étaient conjointes à l’asana (manière d’être assis), au mantra et aux sons. Ces gestes symbolisaient la manifestation divine et servaient à invoquer les divinités. Appartenant donc au départ au fond culturel indien, les mudras se diffusent progressivement en Asie Centrale et en Extrême Orient, au Tibet. Selon les pays elles portent des noms différents, sont accompagnées de mantras différents, mais le geste et sa portée restent identiques.

Aéroport de New Delhi

Aéroport de New Delhi

La représentation des mudras, leur utilisation est partout. Leur connaissance est donc importante pour la compréhension des rituels ésotériques, de l’art comme la danse sacrée indienne, mais aussi la peinture médiévale occidentale et autres statues de Bouddha. Et pourquoi pas aussi les étudier pour s’en servir au quotidien lors de la pratique de yoga et pour son propre développement personnel ? Il est tellement plus efficace de pratiquer en connaissance de cause.

Comment ça fonctionne ?

Nous savons tous, consciemment ou intuitivement, que notre corps est une « machine » extrêmement complexe, intelligente, puissante, même magique… Nos mains, nous nous en rendons compte ou pas, sont des émettrices et des réceptrices de cette « machine ». C’est le reflet de nos pensées et de nos émotions car les mains « parlent ». Nos mains explorent le monde, créent des contacts, elles caressent, réchauffent, protègent, créent mais peuvent aussi repousser et être source de douleur et de destruction. Sans parler nous pouvons exprimer énormément de choses avec la gestuelle des mains : l’amour pour quelqu’un, la tristesse et la compassion, notre « fermeture » et le mécontentement… le spectre est très large. Nos mains peuvent réconforter, soigner des maux. Ne serait-ce pas parce qu’elles sont en relation directe avec l’énergie, les énergies de notre propre corps et de l’univers tout entier ?

Les mains sont de puissants transmetteurs d’énergies. La main possède un grand nombre de correspondances nerveuses dans le corps, chacun des 10 doigts correspond à un organe, à une partie du corps et du cerveau, aux centres énergétiques (chakras), aux enveloppes subtiles qui entourent notre corps (l’aura), aux méridiens (des canaux ou courants énergétiques traversant tout notre corps). Chaque doigt est en relation avec un des dix nerfs crâniens.

Selon leurs positions, les doigts font contact avec nos méridiens. Ces gestes simples permettent une meilleure circulation de nos énergies vitales ayant des effets bénéfiques sur le corps et l’esprit. Le bout de nos doigts peut (re)diriger une énergie vers un point donné, donc nous recentrer, rectifier, nettoyer, purifier, stimuler ce qui doit l’être.

main 5 elements mudraChaque doigt de la main correspond à un Elément dont est composé l’Univers (selon l’Ayurvéda) : le pouce – le Feu ; l’index – l’Air ; le majeur – l’Ether ; l’annulaire – la Terre ; l’auriculaire – l’Eau.

Le contact des uns avec les autres symbolise la synthèse des Eléments concernés et les mudras correspondantes sont sensées stimuler et unifier des différents Prana (différentes énergies vitales circulant dans le corps). Ces Pranas doivent circuler librement par les différents Nadis et les chakras pour que l’on soit en bonne santé physique et mentale. Les mudras permettent donc de concentrer l’énergie et la focaliser dans une direction précise pour réguler, rediriger, ré-harmoniser nos forces vitales.

Nos mains sont un miroir du corps et de l’esprit. Elles sont aussi une représentation de l’univers, la main gauche s’identifie à la matrice, à la Terre, à l’Est et la main droite à l’Esprit, à l’Ouest. Par conséquent, les mudras peuvent être associées aux Eléments, aux directions, aux couleurs, aux divinités. Ces gestes peuvent symboliser la protection, l’hommage, la bienveillance, la sagesse, le don, etc. D’autres visent l’immortalité, la jeunesse, la santé, l’équilibre, l’éradication des maladies, l’apaisement de certaines émotions, le renforcement d’énergies et aussi, bien sûr, l’éveil spirituel. Ces mudras réveillent en nous nos capacités, notre bien-être, notre conscience… et harmonisent notre être individuel avec les processus de l’Univers.

Il en existe un nombre assez large selon la tradition, la pratique – danse, rituels religieux, yoga, méditation, thérapie… Les mudras, pour une utilisation plus efficace, peuvent être conjointes avec des exercices de respiration (pranayama), le chant des mantras, des postures de corps, de la tête ainsi que certaines contractions / verrouillages (bandha).

Quelques exemples de mudras

Leur nombre étant très large il est malheureusement impossible de vous les présenter toutes ici, mais vous pouvez consulter le dernier livre d’Edith Gauthier « Les Mudras, l’art de bien méditer », paru aux Editions Bussière. Il inclut l’histoire de cette pratique, les différentes vocations de mudras et des méthodes de méditation avec ces gestes.

MUDRA ANJALI (ATMANJALI, GASHO, NAMASKAR) : une des mudras de base

Les deux mains jointes au niveau de la poitrine, dirigées vers le haut, les paumes et les doigts se touchent sans pression. Le bord de la bosse des pouces touche le creux du sternum, vecteur vers le chakra du cœur (les bouts des doigts étant une antenne).

mudra anjaliC’est un geste d’offrande ou d’hommage, de vénération. Une mudra du respect, symbole de révérence, de l’unité du corps et de l’esprit, de la connexion à la nature divine. Cette mudra neutralise le côté yang (droite, soleil, masculin) et le côté yin (gauche, lune, féminin) dans notre organisme, neutralise les polarités positives et négatives de notre champ électromagnétique, harmonise les deux hémisphères de notre cerveau.

La position de l’articulation des pouces touchant le sternum est le point réflexe pour le nerf vague. Cette pression crée une résonance dans le cerveau, ce qui aide à aller vers un état méditatif. On peut poser les pouces sur le front quand on monte les mains – sur le troisième œil, le chakra Ajna – pour augmenter l’énergie spirituelle en nous. Cette mudra contribue au recueillement, au calme, à travailler son humilité, c’est un anti-stress.

SURYA (PRITHVI) MUDRA :

mudra prithviLa pointe de l’annulaire et la pointe du pouce se touchent. Les autres doigts sont droits sans tension. Les deux mains.

Cette mudra est utilisée pour revitaliser l’énergie, la force du système nerveux et pour améliorer la santé. Elle agit sur la sexualité, booste l’intuition, la confiance et le changement. Ce geste permet de réguler le foie, l’estomac, ainsi que d’agir sur la peau grasse. Il assure la stabilité et aide à guérir les faiblesses du corps et de l’esprit. L’élément Prithvi (terre) est augmenté dans le corps, le chakra racine est renforcé. Par conséquent l’élément d’Agni (feu) est diminué.

MUDRA GANESHA (POIGNEE DE L’OURS) :

Le revers de la main gauche est face au corps, le pouce vers le bas, la paume de la main droite face au corps, le pouce vers le haut. Les doigts sont repliés et accrochés ensemble. Les mains sont au niveau de la poitrine et tirent dans des directions opposées. Il faut faire plusieurs cycles avec la respiration et changer de mains.

ganesha mudraCette mudra permet de travailler sur le chakra du cœur, notre capacité de recevoir et de donner l’amour, sur notre ouverture du cœur. Elle aide à régler les problèmes liés aux organes respiratoires et améliorer le fonctionnement du muscle cardiaque. Elle intensifie la concentration et nous aide à nous libérer de nos peurs et à surmonter des obstacles.

MUDRA MUKULA :

mukula mudraLes quatre doigts de chacune des deux mains sont joints avec le pouce respectif. Les bras sont étirés, les coudes ne sont pas pliés. Les bouts des doigts joints peuvent être placés sur un endroit du corps à « traiter », comme un concentré d’énergie.

Toutes les substances toxiques accumulées dans le corps et encombrant nos 7 chakras sont éliminées. La pratique régulière de cette mudra permet de supprimer tous les éléments empêchant le bon fonctionnement des chakras. Cela aide à retrouver la force et la réactivité originelle de tout le corps.

MUDRA VAJRAPRADAMA :

mudra confianceLes doigts des mains sont croisés devant la poitrine, ne sont pas forcément entrelacés.

C’est la mudra de la confiance inébranlable. Une confiance fondamentale solide est à la base de la confiance en soi. La pratique de cette mudra est recommandée dans des moments d’insécurité, de doute, de manque de confiance en soi. Elle aide à surmonter cela.

MUDRA JNANA (VITARKA) (la main vers le haut) et CHIN (GYAN) (la main vers le bas) :

chin mudraLa main droite pointe vers le haut (au niveau de l’épaule), et la main gauche vers le bas (au niveau de la hanche). Les paumes sont tournées vers l’extérieur, le pouce et l’index de chaque main formant un cercle.

C’est le geste qui symbolise l’argumentation, l’explication, la connaissance et la conscience. C’est l’union de l’absolu et de l’égo (le pouce et l’index). Cette mudra stimule la connaissance, la sagesse, la concentration et la mémoire. Elle améliore le sommeil, atténue le stress, augmente la réceptivité et soulage les maux du dos. De pratiquer cette mudra est sensé vous apporter la paix mentale, aider à maîtriser l’égo.

Les mudras sont faciles à réaliser à tout moment. On peut pratiquer en faisant son yoga, dans les asanas, en méditant et même dans les transports, dans sa baignoire… Il est conseillé de visualiser son intention et d’être concentré sur le sens de la mudra pratiquée. Essayez d’en pratiquer une régulièrement pendant un mois environ, puis passez à une autre. Avant de pratiquer, activez les doigts en les secouant ou les frottant, tapotant légèrement.

Essayons ensemble ! Qui sait, peut-être que nos maux seront écartés et on accédera à la vie éternelle, hein, les bienheureux ? ;)

Les Mudras, l’art de bien méditer

Edith Gauthier
Editions Bussière
Prix 12€
Acheter sur Amazon