Solution est dans l'assietteBienvenue dans l’ère anthropocène

Comme vous le savez, la planète n’est pas au mieux de sa forme. C’est un euphémisme bien-sûr : fonte alarmante des glaciers, extinction/disparition de certaines races animales, réchauffement climatique, 7ème continent constitué de déchets plastiques, bref nous sommes entrés dans l’ère anthropocène.
La première fois que j’ai entendu ce mot, il était prononcé par Matthieu Ricard. Dans le cadre de sa conférence-plaidoyer pour les animaux, il nous a expliqué que l’ère anthropocène définissait la nouvelle période géologique dans laquelle la terre était profondément impactée  et d’une manière irréversible par les activités humaines.

C’est la crise. L’enjeu mondial est de taille pour l’écosystème planétaire et pourtant en France, le grand public semble désinformé et les climato-sceptiques sont nombreux. Pour BastaMag, les médias traditionnels y sont sans doute pour quelque chose… En tout cas, même si on est un négateur du dérèglement climatique, il faut bien avouer que notre manière de consommer n’est pas respectueuse de l’environnement en France (Gaspillage alimentaire, obsolescence programmée, sur-exploitation des ressources, etc…) Un peu plus de conscience dans nos actions quotidiennes ne nous ferait pas de mal. Et si on commençait par notre assiette ?

Fondation GoodPlanet

La fondation GoodPlanet a été créée en 2005 par Yann Arthus Bertrand, photographe, reporter et réalisateur de renommée internationale. La vocation de la fondation est de mettre l’écologie et le vivre ensemble au cœur des consciences. Elle est active et présente sur la scène internationale à chaque grand événement : Copenhague 2009, Rio+20 en 2012, Climate Summit à New York en 2014, exposition universelle de Milan en 2015 et Paris 2015. Soutenue par de nombreux sponsors et partenaires, la fondation lance un programme de sensibilisation « La solution est dans l’assiette »

Un vaste programme autour de cinq thématiques

En France, on aime bien manger et notre gastronomie est internationalement reconnue et appréciée. Mais au pays du boeuf bourguignon, l’alimentation représente 27 % de l’empreinte carbone des ménages français devant les transports et le logement.
Pour bien comprendre comment les activités humaines impacte la planète, voici quelques chiffres :

– 1 tomate produite localement mais hors saison (donc sous serre chauffée) génère, en moyenne, 20 fois plus de gaz à effet de serre qu’une tomate locale produit au bon moment dans l’année.

– Le transport routier émet 9 fois plus de gaz à effet de serre que le transport ferroviaire et 3 fois plus que le transport fluvial.

– Produire 1 kg de bœuf nécessite 15 000 litres d’eau et émet autant de gaz à effet de serre que parcourir 150 km en voiture. La viande de porc et 7 fois moins émissive en gaz à effet de serre que le bœuf. Celle de poulet 13 fois moins.

– À l’échelle mondiale, 1/3 de la production alimentaire est gaspillée. En France, nous jetons 7 kg par an de nourriture encore emballée (Honteux!!!!)

60solutions

La Solution est Dans l’Assiette propose 60 solutions autour de 5 thématiques pour limiter les émissions de gaz à effet de serre.

  • Habitudes de consommation : 18 solutions.
  • Méthodes agricoles : 7 solutions
  • Protéines animales : 12 solutions
  • Gaspillage et déchets : 10 solutions
  • Énergie : 13 solutions

L’alimentation peut devenir un acte d’engagement pour défendre l’environnement. Beaucoup de personnes (moi inclus) se sont mises au végétarisme suite à des préoccupations environnementales.
Pour les omnivores, il ne s’agit pas de devenir végétarien du jour au lendemain mais juste de manger moins de viande et de la choisir en conscience (préférer la volaille au boeuf).

Idéalement avoir un potager pour cultiver ses propres légumes est la solution N°13 que je trouve pleine de bon sens mais difficilement réalisable dans nos métropoles.

Bref, il y a beaucoup à faire pour réduire notre empreinte écologique. Faire le marché et choisir des produits de saison bio, acheter juste ce dont on a besoin pour cuisiner avec l’aide du carnet de recettes des chefs de la solution est dans l’assiette c’est déjà un bon début.

Le site fourmille d’initiatives et on a tous des progrès à faire en matière de bonnes pratiques pour préserver la planète, moi la première…